.

.

Près de deux millions de dollars pourraient être investis dans un projet de requalification du 47 Nicholson grâce à sa vente

Mardi, 7 Mai, 2019 - 18:30

Lors de la séance extraordinaire du mardi 7 mai 2019, le conseil municipal de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a adopté une résolution visant à accepter une promesse d’achat déposée par Les immeubles Bouchard-Drouin inc. pour l’acquisition du 47 Nicholson, ancien poste de la Sûreté du Québec. Plusieurs engagements font partie de cette proposition d’acquisition, dont le plus important représente certainement l’obligation pour l’acheteur d’investir plus de 1 million de dollars pour remettre le bâtiment au goût du jour, évidemment tout en respectant les caractéristiques architecturales de celui-ci. L’acheteur s’engage également à verser à la Ville une somme de 100 000 $ avant de pouvoir commencer ses travaux. Enfin, outre son impact sur la revitalisation du centre-ville, cette vente permettra à la Ville d’économiser annuellement 28 000 $ en dépenses d’entretien en plus de rapporter au moins 35 000 $ en taxes, pour un gain donc d’au moins 60 000 $ par année.

Projet structurant

« La Ville était à la recherche d’un projet structurant et durable susceptible de contribuer à la croissance et à la vitalité du centre-ville. L’analyse de la proposition,  particulièrement des vocations commerciales au rez-de-chaussée qui inclut boutiques, café et resto-bar, nous a convaincus d’aller de l’avant », a expliqué monsieur le maire, Miguel Lemieux.

Vers un nouveau centre-ville

Partie prenante du patrimoine campivallensien, ce bâtiment pourrait devenir la pierre angulaire de la revitalisation du centre-ville. Son emplacement est stratégique, au cœur même du centre-ville historique. Par contre, son utilisation antérieure et son état impliquent des investissements considérables afin de le rendre attrayant pour de futurs locataires. C'est pourquoi l’élément principal de cette proposition demeure l’ampleur de l’investissement, entièrement assumé par le privé, qui devrait atteindre 2 millions de dollars, selon l’évaluation du professionnel retenu par le proposant. « Cette transaction permettra aux contribuables d’éviter d’avoir à défrayer eux-mêmes les coûts de rénovation de ce bâtiment patrimonial, tout en ayant la chance de bénéficier d’un centre-ville dynamisé », s’est réjoui Monsieur Lemieux, en précisant qu’une fois les travaux terminés, une place publique serait aménagée entre cet édifice et l’hôtel de ville.