.

.

Épandage - fondants abrasifs

Une technique de salage très efficace... Plusieurs études démontrent que le sel de voirie peut être épandu durant une chute de neige avant même que les chasse-neige ne fassent leur travail. Le but est de faire pénétrer le sel sous la couche de neige en vue de former un micro-climat humide près du pavage et de produire une réaction chimique sel/humidité pour créer une saumure (solution aqueuse de sel) sous la neige. Le sel de route doit donc rendre la chaussée moins glissante et non faire fondre la neige.
 
Le passage du camion-saleur avant le chasse-neige n’est donc pas une erreur, mais plutôt l’opération à préconiser. Cette opératon permet de redonner un effet antidérapant à la chaussée, mais surtout de décoller la neige du pavage. Lorsque le chasse-neige aura tassé la neige, le pavage sera déjà déglacé et ainsi non recouvert de neige durcie et difficile à décoller.
 
Dans le cas contraire, le sel ne serait pas humidifié et n’aurait pas le même impact. Il pourrait même créer une glace épaisse. Contrairement à l’idée populaire qu’on peut avoir, cette technique est reconnue. 
 
L’épandage est réalisé aux endroits tels les artères commerciales du centre-ville, les rues principales, les courbes, pentes et intersections en priorité et l'opération complète demande cinq à six heures.
 
Depuis quelques années, les méthodes d’entretien hivernales de la Ville ont été révisées et mises à jour. Ainsi, ±3 000 tonnes de sel sont  utilisées contrairement aux années antérieures dont le tonnage a déjà dépassé les 5 000 tonnes. Cette économie est réalisée grâce au sel déposé sur la chaussée avant le passage du chasse-neige, mais également au fait que le sel est déposé au milieu de la chaussée. Les rues ayant souvent une forme légèrement convexe, cette procédure permet l’écoulement de ladite saumure vers les bords ce qui économise le temps d’épandage en ne passant qu’une seule fois dans la même rue.