.

.

Panais sauvage

Une plante toxique qui s'apparente à la berce du Caucase est présente en grandes quantités un peu partout au Québec et particulièrement au sud de la province, notamment à Salaberry-de-Valleyfield. La sève du panais sauvage ou panais vénéneux peut causer de graves brûlures.
 
Si vous entrez en contact avec la sève du panais sauvage, il suffit de ne pas s'exposer au soleil pour éviter des lésions corporelles. Le contact initial avec la plante est indolore; les symptômes apparaissent seulement après quelques heures.
 
Comme cette plante est très abondante, surtout sur les talus le long des routes, des autoroutes et des pistes cyclables, on ne peut penser l’éradiquer. L’idéal est donc de savoir la reconnaître pour éviter d’entrer en contact avec elle. Si on ne peut l’éviter, il est important de bien se couvrir pour prévenir tout contact avec la sève.
 
Comment reconnaître le panais sauvage?
  • Hauteur allant de 0,5 m à 1,5 m.
  • Feuilles composées en paires, avec des folioles très dentées qui poussent à l’opposé les unes des autres sur la tige, et d’une foliole en forme de diamant à l’extrémité.
  • Fleurs vert-jaunâtre formant des grappes en forme de parasol et larges de 10 à 20 cm. Elles se transforment en fin de saison en graines rondes et brunes.
  • Tige verte et lisse de 2,5 cm d’épaisseur légèrement poilue.
 
Crédit photo : R. Néron, MAPAQ
 
Quoi faire en cas de contact avec la sève?
 
En cas de contact avec la sève, lavez l’endroit touché avec du savon, puis rincez abondamment à l’eau claire et lavez-vous les mains. Garder votre peau à l’abri de la lumière.
 

Comment l'éliminer manuellement?
 
Le meilleur moyen est de l’arracher en retirant la plus grande partie
possible de la racine pivotante à l’aide d’une pelle ronde, d’une bêche ou d’un couteau à long manche. Le meilleur moment est au printemps lorsque le sol est humide. Il faudra par la suite faire un suivi régulier pour retirer toute repousse. Vous pouvez aussi couvrir la zone infestée d’une toile géotextile après avoir coupé les racines et les tiges afin d’entraver les repousses.
 
Pour de grandes superficies, on peut opter pour la tonte. Celle-ci sera plus efficace si elle est effectuée juste après le point culminant de la floraison, mais avant que n’apparaissent les graines à la fin de l’été ou au début de l’automne.
 
Lors des travaux d’élimination, protégez toutes les parties de votre corps, y compris le visage et les yeux. Une fois l’arrachage effectué, lavez vos vêtements, vos gants en les retournant à l'envers, ainsi que vos outils.