.

.

En savoir plus...

Article publié dans l'édition du mois de septembre 2014 du Bulletin municipal

Écocentre - Complexe 2e génération : Donner une une nouvelle vie

L’écocentre, construction écologique située sur le site du complexe 2e génération, ouvrira ses portes au printemps 2015, au 2575, boulevard Mgr-Langlois (J6S 5P7). Les citoyens pourront enfin utiliser l’écocentre toute l’année. En échange de cette nouvelle infrastructure, un défi vous est lancé : détourner des sites d’enfouissement plus de 5 000 tonnes par an de matériaux pouvant être récupérés à l’écocentre, soit 130 kg par habitant! Êtes-vous prêts?.
 
Entrevue avec Maggy Hinse, conseillère en environnement – Service de l’environnement et des travaux publics
 
5 000 TONNES – COMBIEN CELA REPRÉSENTE EN PROPORTION DE NOS MATIÈRES RÉSIDUELLES?
Actuellement, nous enfouissons annuellement 18 000 tonnes de matières résiduelles, communément appelées « déchets ». 20 % pourraient être détournées en étant récupérées à l’écocentre. Et cela en plus de près de 20 % des matières que nous envoyons déjà au centre de tri, grâce à la collecte sélective, pour un total de 23 000 tonnes de matières.
 
EST-CE UN OBJECTIF RÉALISTE?
Oui, tout à fait! Dès avril, nous aurons un écocentre digne de ce nom, aménagé et équipé pour être fonctionnel toute l’année. Actuellement, le dépôt de matériaux secs récupère 1 637 tonnes de matériaux, mais le potentiel d’une ville de 40 000 habitants est 3 fois plus élevé! Réalisez-vous que depuis des années ce sont près de 4 000 tonnes de matières qui se sont retrouvées à l’enfouissement alors qu’elles auraient pu être potentiellement valorisées?
 
POURQUOI FAUT-IL MINIMISER L’ENFOUISSEMENT?
Il est important de récupérer les matières parce qu’en les réutilisant dans la fabrication de produits nous réduisons notre consommation de ressources épuisables. Il est aussi important de minimiser l’enfouissement. Celui-ci est à l’origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre, de la production et du traitement de lixiviat (liquide provenant de la décomposition des ordures au site d’enfouissement). Ajoutons que les sites d’enfouissement monopolisent des terres et détruisent des écosystèmes inutilement, en plus de coûter de plus en plus cher.
 
POURQUOI LE DÉPÔT ACTUEL NE PEUT PAS ATTEINDRE LES OBJECTIFS VISÉS?
Depuis son ouverture en 2007, il est accessible seulement les samedis, 28 semaines par année. C’est une question de sécurité et d’efficacité. Le site n’est pas adapté à une ouverture annuelle puisqu’il s’agit aussi de la cour des travaux publics, où le va-et-vient est important. Le site est aussi impraticable en période de dégel. Des citoyens ont pris l’habitude de l’utiliser, mais son accessibilité restreinte et la file d’attente des journées achalandées en découragent quelques-uns. Pour que les citoyens changent leurs habitudes et développent de bons réflexes, il faut les supporter dans cette démarche. Cela sera enfin possible avec cet écocentre adapté et fonctionnel.
 
 
AU-DELÀ DE L’OUVERTURE ANNUELLE, QU’EST-CE QUE L’ÉCOCENTRE OFFRIRA DE PLUS QUE LE DÉPÔT?
Premièrement, en termes de volume nous aurons la capacité physique de mettre en place 8 conteneurs. Nous serons donc équipés pour atteindre les objectifs visés. Mais, au-delà de la quantité, l’éventail de matières récupérées sera plus large et le système de tri sera beaucoup plus précis. Il n’y a pas de secret en gestion des matières résiduelles, plus un tri est soigné et précis, plus le potentiel et la capacité de récupération et de valorisation sont augmentés.
 
D’OÙ LE NOM 2E GÉNÉRATION?
Exactement! L’objectif est de donner une deuxième vie à un maximum de résidus loin de l’enfouissement! Autant que possible, les conteneurs seront conduits aux endroits spécifiques pour être réemployés, récupérés ou valorisés.
 
ALORS QUE POURRONS-NOUS AMENER À L’ÉCOCENTRE?
La liste est longue… RDD (résidus domestiques dangereux), matériel électrique et électronique (ex. : ordinateurs, réveils, casques audio), électroménagers tels que frigo, cuisinière, micro-ondes, encombrants (meubles), bois, pneus, métaux, matières recyclables en surplus, cartons, résidus verts (branches, herbe), agrégats, roc, béton, asphalte, matériaux de construction et de démolition, piles, fluorescents, ampoules, fluocompacts, bombonnes de propane vides. Il y aura aussi une section pour les objets encore utiles (ex. : vélo, souffleuse) et une cloche de dons pour les textiles, jouets, livres…
 
POUR LE COMPOSTAGE?
Les citoyens peuvent poursuivre le compostage domestique. Rappelons que 44 % des résidus générés par un foyer sont des matières compostables et donc valorisables. L’ouverture de l’usine de biométhanisation avec sa collecte à grande échelle sera pour 2018. Le gouvernement prévoit qu’en 2020, l’enfouissement de ces matières sera interdit. 
 
LE COMPLEXE SERA-T-IL OUVERT À TOUS?
Le site sera accessible aussi aux résidents de Saint-Stanislas-de-Kostka et de Saint-Louis-de-Gonzague (entente MRC). Désormais, le service sera offert aux petits entrepreneurs ainsi qu’aux industries, commerces et institutions (ICI), ce qui n’est pas le cas au dépôt actuel, pour minimiser l’attente des citoyens. Il nous reste maintenant à établir les modalités.
 
QUELS SERONT LES TARIFS ET LES HEURES D’OUVERTURE?
Nous élaborons présentement les détails de fonctionnement. Mais, comptez sur une ouverture en semaine et en fin de semaine.
 
DU PERSONNEL DE SOUTIEN EST-IL PRÉVU SUR PLACE?
Le projet prévoit effectivement un responsable du site et du personnel en place pour accueillir, orienter, conseiller, surveiller et aider les usagers.
 
COMBIEN COÛTE SA CONSTRUCTION?
Pour l’aménagement du site et la construction du bâtiment de services, il faut investir 1 985 101 $. Naturellement, ce bâtiment est construit selon plusieurs normes écologiques : haute efficacité énergétique, récupération des eaux de pluie, couvert végétal plus élevé que le demande la réglementation, éclairage DEL (diode électroluminescente), éclairage de l’enseigne extérieure alimenté par un panneau solaire, toilettes utilisant les eaux grises en provenance des lavabos et plantation de végétaux indigènes*.
 
ÊTES-VOUS SATISFAITE MADAME HINSE?
Oui! Réjouissons-nous de cette ouverture! Salaberry-de-Valleyfield rattrapera son retard avec l’apport volontaire des citoyens. Maintenant, c’est à vous tous de jouer le jeu!
 

CRITÈRES DE CONSTRUCTION ÉCOLOGIQUES RENCONTRÉS

  • Décontamination du site.
  • Toiture blanche au bâtiment d’accueil.
  • Construction en bois.
  • Isolation en fibre minérale et tuiles de plafond rencontrent les nouvelles normes énergétiques pour une moins grande consommation d’énergie (conformité avec les certifications LEED).
  • Parements extérieurs durables et en bois (pruche de l’Ouest et cèdre teint certifié FSC).
  • Portes et cadres en acier isolé (conformité avec les certifications LEED).
  • Fenestration de type hybride à haut rendement énergétique (Energy Star).
  • Captation de l’eau de pluie dans des bassins de rétention aménagés avec des plantes filtrantes.
  • Utilisation de peintures écologiques.
  • Eaux grises de l’évier de cuisine et du lavabo de la salle de toilette seront récupérées et redirigées vers le réservoir de chasse d’eau de la toilette.
  • Appareils de plomberie à faible consommation d’eau.
  • Éclairage du site et du bâtiment par diodes électroluminescentes (DEL) à faible consommation d’énergie et avec contrôle à détecteur de mouvement.
  • Chauffage par plinthes électriques contrôlé par thermostats programmables.
  • Gouttières installées aux débords du toit, certaines dirigées vers un jardin d’eau de pluie et d’autres vers un récupérateur d’eau de pluie.
  • 20 % d’espaces verts de plus qu’exigé.
  • Arbres indigènes, rustiques et biodiversité de plantes privilégiés.
  • Gestion environnementale des matières résiduelles pendant les travaux.
 

*AMÉNAGEMENT PAYSAGÉ SUR LE SITE : PLACE AUX PLANTES D’ICI!

Afin de préserver l'écosystème, des espèces indigènes (plantes originaires d’ici) seront plantées dans l’ensemble de l’aménagement, comme cela a été fait dans la section Est de l’Ancien canal.

Cette valorisation volontaire de l’état naturel contribue à améliorer la biodiversité du milieu et favorise la pollinisation si indispensable pour les écosystèmes, donc pour nous-mêmes.

Vous pourrez y retrouver…

L’Asclépiade. C’est la plante préférée de la chenille du papillon monarque qui s’y alimente pour éclore en un superbe papillon. 
L’Échinacée. Cette plante adorée du monarque lui permettra de s’y nourrir et d’y récolter le pollen afin de faire son travail de pollinisateur pour que nous puissions profiter de l’échinacée et de ses vertus.

 
 

LES 3RV QU’EST-CE QUE C’EST?

Les 3RV constituent le premier principe de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Il s'agit de la hiérarchie des actions à privilégier pour une saine gestion des matières résiduelles : Réduction à la source, Réemploi, Recyclage et Valorisation.
 
L'élimination des déchets ultimes constitue évidemment le dernier recours. Le principe est applicable à l'ensemble des matières résiduelles.
 

ÊTRE ÉCORESPONSABLE…
COMMENT SE DÉBARRASSER D’UN OBJET?
Demandez-le en ligne à HERRRVÉ, le bottin des récupérateurs qui permet aux citoyens de disposer des matières résiduelles de manière écoresponsable.
 
C’est simple! Entrez le nom du produit dans le moteur de recherche et le système vous référera aux endroits où vous pouvez aller déposer vos matières et vous suggérera aussi des options de réemploi! Don (connaissance, organisme de seconde main), vente ou valorisation via l’écocentre. Il pourra avoir une seconde vie en alimentant peut-être la chaufferie d’une industrie. www.mrc-beauharnois-salaberry.com